Conférence débat, animée par le Directeur Général d’ANADARKO de Londres

anadarkoConférence débat, animée par le Directeur Général d’ANADARKO de Londres, sur l’expérience Américaine dans l’extraction du gaz de schiste

L’Institut supérieur de management et d’informatique EL QUALAM en partenariat avec la confédération des cadres de la finance et de la comptabilité CCFC, ont organisé une conférence débat portant sur « l’expérience américaine dans l’extraction du gaz de schiste » animée par Monsieur Dick Holmes, le président de la société américaine Anadarko d’exploration, d’extraction et de commercialisation du pétrole et du gaz. Il répondait à une invitation qui lui a été transmise via l’ambassade des Etats Unis à Alger.

Le lundi 18 Mars 2013, la salle de conférence de l’Institut EL-QUALAM a accueilli une centaine d’opérateurs économiques, hommes d’affaires, universitaires, étudiants et représentants de différentes institutions de l’état.

Après une brève allocution du directeur de l’institut El Qualam M .Mokhtar DJOUAD, la parole a été donnée à M. Dick Holmes qui possède à son actif plus de 16 ans d’expérience dans notre pays. Ce dernier après en avoir donné un bref aperçu de sa société, a fait un tour d’horizon sur le sujet du débat, en sa qualité d’expert en la matière mettant l’accent sur les bienfaits de cette nouvelle donne énergétique dont les USA en sont les pionniers au monde.

Selon ce haut cadre américain, l’exploitation des gaz du schiste, repose sur la technique de la fracturation hydraulique qui est un moyen d’injection sous très haute pression d’un fluide destiné à micro-fissurer des roches compactes et imperméables sur une distance de 4 km de profondeur. L’orateur a abordé ensuite les conditions pour la mise en place d’une telle exploitation, tout d’abord, la nécessité d’un lourd investissement, un très grand nombre de puits, plusieurs appareils de forage pour forer des milliers de puits, nécessitant entre 400 à 500 personnes juste pour l’exploitation d’un seul. Ces chiffres montrent à priori et comme l’a voulu transmettre M. Holmes à son auditoire, les avantages en matière d’emploi à grande échelle pour des décennies en plus des compétences technologiques pointues.

D’après les premières estimations, l’Algérie qui est déjà un des plus importants exportateurs de gaz naturel dans le monde, disposerait de près de 29 000 milliards de mètres cubes de gaz non conventionnels piégés à plus de 1 000 mètres de profondeur, pouvant bénéficier de quatre fois plus que ses réserves de gaz conventionnel.

Malheureusement l’assistance a précisé que l’extraction du gaz de schiste présente plusieurs inconvénients. D’importantes quantités d’eau sont nécessaires pour cette extraire. Une eau, qui après utilisation, serra chargée en substances chimiques et en schiste ; un mélange très dangereux pour l’environnement et la nature. Il existe aussi des risques de fuites de gaz, sur les zones d’extractions, qui seraient aussi extrêmement néfaste (et notamment pour la nappe phréatique)

Comme synthèse de cette rencontre, on peut en déduire que les USA sont visiblement très intéressés par l’exploitation du potentiel algérien en matière de gaz de schiste jusque là inexploité par notre pays, et mettent évidemment une stratégie active pour pousser l’Etat algérien à accélérer l’ouverture de ce marché qui a, à coup sûr, génèrera plusieurs milliards de dollars à des puissants conglomérats occidentaux en quête de gains surtout sous une ère marquée par une crise financière mondiale.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour recevoir des conseils et les détails de notre dernier numéro le jour où il sera en vente!

Articles Populaires